L’économie sociale et solidaire

L’économie Sociale et solidaire, une réponse aux besoins sociaux

20/08/2015
Étiquettes : ,

UNE RÉPONSE AUX BESOINS SOCIAUX 


Organisée par la Ville de Biarritz à l’initiative de Ghis Haye, adjointe chargée de la Solidarité et de l’Économie Sociale et Solidaire, avec le soutien de l’Agglomération Côte Basque Adour, du GIP DSU de l’ACBA et de partenaires privés, Macif, Crédit Coopératif, Crédit Mutuel, la 3e édition des Rencontres de l’Économie Sociale et Solidaire s’est tenue le 29 juin dernier avec près de 200 participants. Parmi les intervenants Jean-Marc Borello, Président du Directoire du Groupe SOS,  Philippe Fremeaux, éditorialiste au magazine Alternatives économiques et auteur de La Nouvelle Alternative ? Enquête sur l’ESS, débat animé par Alain Philippe Ancien Président de la Fondation Macif (sur la photo).

Réunissant les acteurs de cette nouvelle forme d’économie  – coopératives, mutuelles, associations, ou fondations – dont le fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et d’utilité sociale -, ces rencontres ont pour double objectif de faire connaitre cette forme alternative à l’économie traditionnelle et de permettre à tous les acteurs de l’ESS disséminés sur le territoire de se sentir reconnus , soutenus… l’après-midi a donc était un échange entre la salle et les différentes types de structures locales de l’ESS Recycl’Eco , Atherbéa, Régie de Quartier, EkoEtik , l’Union Régionale des SCOP, le Crédit Coopératif, Aquitaine Active, l’Euskal Moneta et l’Accorderie.

 

 Michel Veunac, maire de Biarritz ouvrant cette journée, réaffirme son souhait de voir se développer sur le territoire des initiatives de ce type. Renforcée par la loi du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire, l’ESS qui représente près de 200 000 entreprises et plus de deux millions de salariés en France participe à une meilleure répartition des richesses;  le profit individuel y est proscrit et les résultats sont réinvestis. 

Ainsi ces assises sont-elles le reflet d’une dynamique en marche, mettant en lumières des actions citoyennes comme le projet de l’accorderie soutenu par le maire et porté par le Centre Social Maria Pia 

« L’objectif premier de ce projet, en cours de création, est de favoriser de nouvelles formes de solidarité à l’échelle du territoire. Une accorderie développe l’amélioration réelle au quotidien des conditions socio-économiques, donc de la qualité de vie des habitants qui souhaitent devenir des accordeurs. Né en 2002 au Québec, importé par la Fondation Macif en 2008, la première accorderie en France a été créée en 2011. Ce concept solidaire vise à lutter contre la pauvreté, l’exclusion sociale et à favoriser la mixité sociale. Son principe de base est une mise à disposition d’une compétence ou savoir-faire de chaque Accordeur sous la forme d’offres de services (aide à la cuisine, promenades, lecture, aide au petit bricolage, gardiennage d’animaux, initiation à la couture, musique, langues etc). Chaque échange de services est comptabilisé dans une banque de temps, selon le principe « une heure de service rendu vaut une heure de service reçu ».

Tous les services sont mis sur un même pied d’égalité et celui qui donne ne sera pas nécessairement celui qui reçoit. Devenir Accordeur permet de rompre son isolement pour se rendre utile avec sa capacité « à faire», pour bénéficier d’aide pour lutter contre la précarité et recouvrer sa dignité. »

Ce projet sera représenté au forum des Associations de Biarritz de septembre et une réunion publique est programmée le 6/10  à la Maison des Associations 2 rue Darritchon à laquelle tous les biarrots et biarrotes sont conviés 

 

Rencontres de l'économie solidaire
Parmi les participants Jean-Marc Borello, Président du Directoire du Groupe SOS – Philippe Fremeaux, éditorialiste au magazine Alternatives économiques et auteur de La Nouvelle Alternative.

>>Info.  CCAS de Biarritz au 05 59 01 61 00

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Print this page